Feeds:
Articles
Commentaires

IMG_0978Noël approche et pour les cadeaux pourquoi ne pas offrir des produits québécois? Effectivement, toute une panoplie de produits des plus intéressant les uns les autres s’offrent à nous.

À l’apéritif, on peut y aller avec le cidre rosé de Michel Jodoin à 20$ code 733394.
Pour les amateurs de cocktail, le vermouth blanc Kayac a 19,95$ code 13598881.  Aussi, en digestif, il y a l’excellent Amaretto Avril à 35,25$ code 13673941.

Également, il y a plein d’autres produits hyper intéressants en provenance du Québec.  On n’a qu’à penser aux excellents gins comme le Ungava, le gin des neiges, le Canopée, le Roméo, le Radoune, le Be Origin, le Saint-Laurent et bien d’autres.
On a aussi des liqueurs comme le coureur des bois, disponible aussi en crème, la crème de pomme de Pinacle, la liqueur de cassis de Mona et filles et biens d’autres.
Sans oublier aussi les vins du Québec qui ont fait un progrès spectaculaire et toute la panoplie de bières de micro brasseries.
Comme vous voyez, c’est pas le choix qui manque…

Envoyé de mon iPad

Publicités

img_1027On se demande souvent quel vin prendre avec les repas traditionnels des fêtes.
Prenons par exemple la dinde, on peut y aller autant en blanc qu’en rouge.
Le blanc devra être quand même assez soutenu et un peu boisé. Un chardonnay californien fera très bien l’affaire.
En rouge,  on va prioriser un vin souple et pas trop tannique, par exemple un pinot noir, un merlot ou un Ripasso.
Pour ce qui est des pâtés à la viande, c’est le domaine des rouges moyennement corsés.
Les vins du Languedoc Roussillon, des Côtes du Rhône, des Montepulciano d’Abruzzo, des Douro ou des Alentejo portugais ou du sangiovese italiens.
Donc toute une panoplie de vins peuvent accompagner vos réjouissances.

Les vins dégustés à BLVD 102,1 jeudi le décembre sont le Ripasso Montecorna à 19,00$ code 908269 et le portugais Cortes de Cima à 18,90$ code 10944380,

4425E67E-5B2F-44B4-BB49-8CCD397AD89DLe vinier qu’on appelle aussi communément un 4 litres est un contenant de vin qui est composé d’un sac contenant le liquide qui est déposé dans une boite.
Le principe ne date pas d’hier, il a été inventé pour transporter de façon sécuritaire de l’acide à batterie pour les autos.
C’est en 1965, en Australie, qu’on s’en est servi la première fois pour le vin. En France où on l’appelle BIB pour bag in box, il est de plus en plus populaire. En effet, même s’il est réservé aux vins d’entrée de gamme on y retrouve toujours dans ce pays de plus en plus de vins d’appellations.
Le principe permet de conserver le vin environ 3 mois. C’est avantageux au niveau du transport à cause du poids, ça prend moins de place que des bouteilles et aussi, si vous voulez seulement un verre, le reste n’étant pas en contact avec l’air ne s’oxydera pas car le sac s’affaisse avec l’utilisation.

Le vin testé en onde

  •  Clif 79 Shiraz cabernet

IMG_1146

Les fêtes s’en viennent à grands pas et les partys aussi… et évidemment il se consommera du vin.
Mais, quels vins?
Bien sûr, tout dépend de ce que l’on mange. Mais au delà de ça, il faut tenir compte des circonstances.
Combien on est? avec qui on est? et aussi de quel type de soirée il s’agit?
Dans une soirée où on est nombreux, il est assez rare que le vin soit la vedette, alors ce n’est pas vraiment le temps d’arriver avec votre meilleur flacon. Effectivement ce dernier risque de passer complètement inaperçu. Il existe en rouge heureusement plusieurs vins entre 15 et 20$ qui feront bien l’affaire. Je pense entre autre aux vins du Languedoc-Roussillon, des Côtes-du Rhône, des Valpolicella italiens et des pinots noirs, cépage qui se marie de belle façon avec beaucoup de chose.
Parfois ce n’est pas le nombre de personnes mais plutôt avec qui on est qui compte. Il y a des gens qui ont peu d’intérêt pour le vin. De leur présenter une bouteille de haut calibre peut très bien ne pas avoir l’effet escompté, peut-être qu’ils ne l’aimeront même pas parce qu’ils le jugeront trop puissant. La solution c’est d’opter pour des vins moins relevés et aussi moins chers mais qui rejoindront tout le monde. Encore là, entre 15 et 20$, vous trouverez des bouteilles très intéressantes.
Finalement, le type de soirée va influencer le choix des vins. Par exemple, on amènera pas le même  vin à une soirée d’échange de cadeau qu’à un souper gastronomique. Dans le premier cas, même un vinier pourrait faire l’affaire, tandis que dans l’autre, on peut s’éclater davantage.

 

Comment réagir quand on est soumis à une dégustation à l’aveugle?

Voici quelques trucs.

1.  Bien regarder les vins sur un fond blanc. Ça peut donner une indication sur les cépages et aussi, si ce sont des vins de même cépage, alors , le plus foncé peut annoncer le plus puissant. Mais il faut toujours se souvenir que l’aspect visuel du vin ne pèse pas lourd dans la balance.

2.  Prendre le temps de bien sentir les vins. En effet,  les odeurs peuvent nous rappeler certains cépages. Aussi les vins qui possèdent des odeurs plus puissantes sont souvent les plus corsés. Également, les vins qui ont des odeurs variées ont plus de complexité, ce qui suggère un vin de meilleure qualité.

3.  Finalement, en bouche, le vin qui a un goût plus prononcé est le plus puissant. On peut le vérifier avec la longueur en bouche, c’est à dire la persistance du goût après avoir avalé. Une façon simple de mesurer l’intensité est de prendre une toute petite quantité de vin en bouche, l’équivalent de deux ou trois gouttes et de ressentir ce qui se passe. Si ça ne goûte rien, vous avez affaire à un vin léger, si au contraire, ça explose de goût, le vin est puissant et complexe.
Il est impératif de bien prendre une pause entre deux ou plusieurs vins. Si vous allez trop vite le goût du premier vin que vous avez encore en bouche va s’additionner à celui du deuxième et vous vous retrouverez piégé.
En conclusion, la dégustation à l’aveugle est complexe. Si vous faites cette démarche cela ne vous garantit pas le succès mais au moins vous l’aurez fait méthodiquement.

IMG_0982 (2)En effet, quand on ne sait pas ce qu’on goûte,  on ne peut que se fier à ses sens. La dégustation à l’aveugle est la seule qui nous donne vraiment l’heure juste. Ici,  pas d’influence sur la provenance,  sur le prix,  sur le producteur,  rien,  rien que son propre goût, on aime ou on aime pas.

La dégustation à l’aveugle peut aussi être déstabilisante.  Vous pouvez vous retrouver à aimer un vin d’une provenance que vous n’avez pas l’habitude de chouchouter. Tout comme vous pouvez vous surprendre à plus ou moins apprécier un vin d’une région où d’un cépage que vous adorez normalement.

On peut se demander avec raison, jusqu’à quel point notre jugement en dégustation peut être affecté quand on voit ce qu’on est en train de goûter? Je dirais sans risque de me tromper que c’est beaucoup plus qu’on pourrait se l’imaginer.

Le dégustation est loin d’être une science exacte. Il est très facile de surévaluer ou de sous-évaluer un produit . Le prix,  la provenance,  le producteur ou la réputation, tout ça crée des attentes. Et ces attentes viennent brouiller notre jugement en positif ou en négatif. Ce qui engendre une distorsion entre notre satisfaction ou notre déception par rapport à la réalité qu’on aurait perçu si on avait dégusté à l’aveugle.

Pour moi, il n’y a rien pour battre la dégustation à l’aveugle. On peut s’imaginer qu’on peut faire abstraction des influences extérieures en dégustation, mais ce n’est qu’illusions, la seule façon d’y arriver c’est de ne pas savoir ce qu’on goûte…